21 juin 2009

Mycènes – Grèce

Mycènes - ilovemythoCentre de la plus ancienne civilisation hellénique, la principale cité des premiers Grecs du Péloponnèse est associée à  la guerre de Troie, avec son roi Agamemnon. L’Histoire et les mythes se mêlent dans ce site occupé depuis plus de 5 000 ans, aux ruines hantées par les spectres de ses rois. Puissance et malheur, splendeur et décadence créent un cycle historique tragique, qui redouble ceux que Mycènes s’est inventés

Près de la route de Corinthe à  Nauplie, Mycènes apparaît au sommet d’un éperon escarpé dans un paysage. Mycènes, ce nom est très connu du fait des légendes qui s’y seraient déroulées, et qui, d’après les découvertes de l’archéologue allemand Henri Schliemann (1822-1890), se basent sur la réalité.

Cet épicier fortuné avait déjà  identifié l’emplacement de Troie, en Asie Mineure, quand il entreprit des fouilles à  Mycènes en 1874. II découvrit dans le cercle royal des tombes, à  l’intérieur de l’enceinte, un riche trésor funéraire composé de masques en or  et de bijoux, exposés au musée archéologique national d’Athènes.

La malédiction des atrides :

Ces ruines furent le théâtre d’une tragédie – relatée par Homère et reprise par Eschyle et Euripide – qui s’est déroulée au Ile millénaire avant notre ère.

Masque Agamemnon - ilovemythoMycènes fut fondée par Persée, fils de Zeus et de Danaé, puis gouvernée par ses descendants, dont le dernier est Eurysthée – celui qui commanda les travaux à  Héraklès. La famille des Perséides s’étant éteinte, les Mycéniens choisirent A/ree comme roi, de préférence à  son frère Thyeste qui en conçut une grande jalousie. C’est alors que la malédiction s’abattit sur cette famille qui vécut désormais de haine et de vengeance, conduisant à  toutes sortes de crimes, de l’adultère au parricide.

Atrée, devenu roi, feignit de pardonner à  son frère le vol de l’agneau à  la toison d’or. Il invita Thyeste à  un repas, et lui servit à  manger la chair de ses propres enfants, avant de le bannir de Mycènes. Thyeste conçut, avec sa fille Pélopia, un garçon, Egisthe. Ce dernier fut élevé à  la cour de Mycènes. Un jour, Atrée lui confia la mission de tuer Thyeste; mais Egisthe s’aperçut à  temps qu’il allait tuer son père. Il revint à  Mycènes, tua Atrée, et devint l’amant de Clytemnestre, l’épouse d’Agamemnon, fils d’Atrée. Agamemnon était alors à  Troie, car sa belle-sœur, Hélène, avait été enlevée par Pâris, fils de Priam, roi de Troie!

De retour du siège de Troie, Agamemnon fut assassiné, ainsi que sa maitresse Cassandre, par Egisthe. Celui-ci monta sur le trône. Electre, fille d’Agamemnon et de Clytemnestre, resta à  la cour, tandis que son frère, Oreste, dut s’exiler. Apollon lui ordonna de se rendre à  Mycènes déguisé en voyageur; sa sœur le reconnut et l’introduisit dans la citadelle. Il se présenta comme chargé d’annoncer la mort d’Oreste. Obéissant à  la volonté divine, il tua Egisthe et sa mère…

Mais il en devint fou, et fut hanté par les Erynies. Apollon le purifia à  Delphes et un tribunal, présidé par Athéna elle-même, l’acquitta de son crime.

La citadelle et les recherches archéologiques :

Plan de Mycènes - ilovemythoMycènes, qui a donné son nom à  une brillante civilisation, s’est développé de 1600 à  1100 av. J.-C., atteignit son apogée vers 1300: elle dominait alors toute l’Argolide et quelques àŽles de la mer Egée.Homère l’appelait même la «cité riche en or»; mais, avec l’arrivée des Doriens, tout disparut dans un incendie.

Les murailles cyclopéennes  s’étendent sur près de 900 m; les murs sont constitués d’énormes blocs à  peine équarris, et les interstices sont bouchés avec des pierres plus petites et de la terre: ce qui donne une surface lisse sans prise pour l’escalade.

Le chemin pavé passe par l’entrée monumentale, la porte des Lionnes . Protégée par des bastions, la porte est surmontée d’un linteau long de 4,50 m, large de 2 m, épais de 0,80 m et d’une masse de 20 tonnes. Les blocs ici sont soigneusement 1 équarris. Et pour soulager le poids, le triangle de décharge au[ dessus du linteau est rempli d’un relief célèbre. Deux lionnes sont figurées dans une posture héraldique, dressées de part et d’autre r d’une colonne; elles posent leurs pattes de devant sur deux autels.

Les têtes des animaux sont brisées: elles étaient tournées vers ; l’extérieur et fixées solidement aux épaules par des goujons de , métal. La porte fortifiée était ainsi protégée par les lionnes. C’est la seule sculpture monumentale que l’on conserve de l’époque mycénienne.

Après avoir franchi la porte des Lionnes, on voit en contrebas sur la droite le premier cercle des six tombes royales. L’enclos circulaire (26 m de diamètre) est entouré de dalles dressées. A l’intérieur, six fosses rectangulaires contenaient 19 squelettes et un riche mobilier funéraire daté des années 1600 av. J.-c. Au-delà , on aperçoit des pierres de maisons mycéniennes.

Porte des lionnes à  Mycènes - ilovemythoPar le chemin pavé, on accède au sommet de la butte, ou était bâti le palais (XV- s. av. J.-C.) construit sur plusieurs niveaux de terrasses, avec tout en haut les appartements royaux et le mégaron. Après avoir franchi les propylées qui se distinguent par deux bases de colonnes, prenez vers la droite: vous traversez alors une Cour et vous entrez dans le mégaron. Au milieu, le foyer circu1laire était entouré d’un décor de stuc. Contre le mur latéral de  droite se trouvait le trône du souverain, fait de bois, d’or, et d’ivoire. Le sol était peint de motifs apparaissant dans des panneaux carrés.

On peut poursuivre en descendant par l’escalier qui permet d’accéder à  la partie orientale de l’acropole ou quartier des artisans et des magasins. On y stockait l’huile et le vin, on y travaillait le cuir et les métaux, etc. Comme le palais, les maisons étaient construites essentiellement en bois, seules les façades extérieures étaient en pierre. A l’extrémité est, un escalier glissant (prendre une lampe de poche) conduit à  la citerne taillée dans le rocher.

En face, une porte présente la même disposition que la porte des Lionnes. Revenez vers l’entrée en longeant le rempart sur votre droite.

Sur la route (à  300 m à  droite), ne manquez pas la visite du «trésor d’Atrée» ou «tombe d’Agamemnon»; cette tombe à  tholos (1300 av. J.-C.) est précédé d’un long couloir (dromos) construit avec des pierres de très grande taille; le linteau de la porte pèse environ 120 tonnes. La chambre funéraire est une pièce à  coupole haute de 13,50 m pour un diamètre de 14,60 m. Elle est construite par assises circulaires posées en encorbellement les unes au-dessus des autres. Sur les murs, on remarque les trous de fixation pour des ornements métalliques en bronze.

Situation géographique :


Agrandir le plan

A voir également :

Un commentaire pour “Mycènes – Grèce”

  1. Chapon :

    bonjour, je trouve cet article très intéressant !


Laisser un commentaire





Abonnement à la syndication de la mythologie Etre fan de la mythologie grecque sur Facebook
Get Adobe Flash playerPlugin by wpburn.com wordpress themes