21 mai 2010

Troie

Troie - Ruines de maisonsTroie, aussi appelée Ilios est une ancienne ville d’Asie Mineure, située non loin de la mer Égée, à  l’entrée de l’Hellespont. Elle se situe dans l’actuelle province de à‡anakkale en Turquie.

Fondation

Selon la légende, Dardanos est considéré comme le fondateur de la dynastie des rois troyens. Il fuit le déluge et trouve asile auprès du roi Teucros de Phrygie. Après la mort de Teucros, il devient le seul héritier, en se mariant avec Batia, la fille du roi Teucros. D’après certaines traditions anciennes, Dardanos descend d’une vieille tribu, les Dardaniens des Balkans (localisée dans l’actuel Kosovo). Ce nom de Dardanien est en tout cas appliqué pour désigner les Troyens eux-mêmes.

Tros, petit-fils de Dardanos, est le héros éponyme de la Troade et de Troie. La ville elle-même est fondée par son fils Ilos.

Laomédon, le fils d’Ilos, lui succède sur le trône. Poséidon et Apollon, punis par Zeus, ont bâti pour ce roi cruel les murs de Troie, mais n’ont finalement pas reçu le salaire promis et, offensés par le roi, qui les menace de leur couper les oreilles, ils se vengent. Apollon envoie une épidémie de peste, et Poséidon ordonne à  un monstre marin de dévorer les habitants et de dévaster les champs en vomissant de l’eau de mer.

L’Oracle de Zeus Ammon lui conseille de sacrifier sa fille Hésione, en l’abandonnant sur le rivage afin qu’elle soit dévorée par le monstre.

La guerre de Troie

L’histoire légendaire de la guerre avec la Grèce est le sujet de l’Iliade d’Homère, des épopées du cycle troyen et l’un des sujets de l’Énéide de Virgile, dans laquelle Énée doit abandonner Troie, événement qui mène très indirectement à  la fondation de Rome.

En savoir plus sur la guerre de Troie

L’emplacement de Troie

Plan de TroieSelon l’Iliade, Troie était située sur les deux sources du Scamandre, l’une dégageant des vapeurs chaudes, et l’autre glacée. Cependant, lorsque les habitants grecs d’Ilion revendiquèrent l’héritage troyen, ils furent qualifiés de vaniteux. De plus, le géographe romain Strabon déclara que le site véritable se trouvait à  5,6 km de là , au « village des Troyens ».

C’est ainsi que le voyageur français Lechevalier affirma, à  la fin du XVIIIe siècle, que Troie était le village de Bunarbashi (ce nom signifie « tête de source »), qui se trouvait au pied d’une colline rocheuse d’o๠jaillissaient plusieurs sources. Pendant deux générations, les chercheurs oublièrent que ces sources avaient la même température. Schliemann lui-même ne trouva pas trace de la ville à  cet emplacement, et se rabattit sur la colline d’Hissarlik, une éminence située à  4,8 km de la côte entre deux fleuves, nommés Simoïs et Scamandre dans l’Iliade.

Schliemann découvre Troie

Heinrich Schliemann creusa une immense tranchée dans la colline d’Hissarlik en traversant le niveau de la Troie homérique. Ses fouilles, commencées en 1870, durèrent vingt ans.

Aujourd’hui, nous savons qu’il existait au moins neuf villes, construites les unes sur les autres dans la même région, et que la première ville fut construite au IIIe millénaire av. J.-C.

Dérouté par les nombreux niveaux découverts sous la colline, Schliemann finit par identifier quatre villes distinctes et successives sous la ville romaine d’Ilium. Il décide que la Troie d’Homère correspondait au deuxième niveau à  partir du bas, mais cette conclusion n’était guère partagée par les autres archéologues. En 1873, il exhume un ensemble de bijoux en or, qu’il dissimule aux autorités turques et aux ouvriers, grâce à  sa femme grecque Sophia, qui les passe pièce par pièce en les cachant sous son châle. Parallèlement, Schliemann découvre un grand nombre de vases, de pointes de lances et de boucles d’oreille aux niveaux de Troie II ou de Troie III (2200 av. J.-C.). Malheureusement, son « trésor de Priam » disparut à  Berlin en 1945. Ce trésor réapparaît une cinquantaine d’années plus tard, les autorités russes, qui l’avaient emmené lors de la prise de Berlin en 1945, l’ayant sorti de leur collection archéologique.

Bilan des fouilles

Carte de troiePendant les années 1920, l’érudit suisse Emil Forrester déclara que les noms des endroits trouvés dans des textes hittites — Wilusiya et Taruisa — devraient être identifiés avec Ilium et Troia respectivement. Il nota aussi qu’un roi wilusien, mentionné dans un des textes hittites sous le nom de Alaksandu était assez proche à  celui du prince de Troie Alexandre, ou Pâris. Ces identifications furent démenties par beaucoup comme étant peu probables ou, du moins, pas prouvables, mais Trevor Bryce défendit cette idée dans son livre The Kingdom of the Hittites (Le royaume des Hittites, 1998), citant une partie de la lettre Manapa-Tarhunda, qui parle du Royaume de Wilusa comme étant situé au-delà  du pays de la rivière Seha (connue à  l’époque classique comme Caicus), et près du pays du Lazpa (mieux connu comme l’île de Lesbos).

Pendant l’à‚ge du bronze, Troie semble avoir été une ville marchande prospère, puisque sa position permettait le contrôle complet des Dardanelles, par lesquelles tous les bateaux marchands de la mer Égée se rendant dans la mer Noire devaient passer. Elle aurait été disputée entre les Mycéniens et les Hittites, alliés de la ville.

La septième ville, qui fut fondée au XIIIe siècle av. J.-C., semble avoir été détruite par une guerre et il y a des traces évidentes d’un grand incendie à  l’intérieur. C’est pourquoi cette ville est supposée être celle décrite dans la légende de la guerre de Troie. La dernière ville sur ce site fut fondée par les Romains pendant le règne de l’empereur Auguste, et semble avoir été une ville très importante jusqu’à  ce que Constantinople devienne la capitale de l’Empire romain au IVe siècle. Par la suite, la vitalité de la ville baissa progressivement. Aujourd’hui, il y a une ville turque qui s’appelle à‡anakkale et qui se situe très près de l’antique Troie.

Celje était appelée la deuxième, ou petite Troie : Troia secunda.

Le site archéologique de Troie est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998.

A voir également :

Un commentaire pour “Troie”

  1. La Parisienne :

    Merci beaucoup : tu m’as sauvé !!!^^


Laisser un commentaire





Abonnement à la syndication de la mythologie Etre fan de la mythologie grecque sur Facebook
Get Adobe Flash playerPlugin by wpburn.com wordpress themes